/*

Exercices comptabilite analytique

Vous êtes ici : Accueil » Comptabilité divers » Exercices comptabilite analytique
Exercices comptabilite analytique

Exercices comptabilite analytique

Résoudre le problème sans tenir compte précédente

Si la question du coût de production des marchandises vendues dans l’exercice est générale et va à toute société de production, ne crois pas a été et est encore résolu que par la mise en place d’un système de comptabilisation des coûts. Pendant longtemps, et c’est encore le cas dans de nombreuses entreprises, le problème a été traité par l’inventaire des travaux comptables supplémentaires périodiquement pour identifier les variations des stocks et enrichissante avec des méthodes empiriques. De échelles et les classifications définies par les ingénieurs comme le temps et la consommation de carburant nécessaire pour produire un article. Il suffisait de donner une valeur à des taux horaires et les ingrédients, puis tenir compte de l’amortissement des machines, conduisant à une reconstitution des stocks considérés comme raisonnables. Il n’est pas nécessaire de mettre en œuvre des systèmes coûteux de suivi détaillé de la loi operations.The production n’impose pas de méthodes spécifiques, mais tout simplement la continuité de leur emploi, ce pragmatisme pourrait suffire. Surtout si les délais entre la production et les ventes n’ont pas été trop grande. Si ces stocks représentent moins de 10% du chiffre d’affaires, une reprise d’erreur de 10% varie très peu de résultat, et de toute façon sera corrigé dans l’année suivante. L’inconvénient des méthodes stochastiques et discriminante devient pragmatique lorsque les stocks et les stocks représentent une part très importante du chiffre d’affaires pour l’année. Erreurs, indétectable, en raison du chevauchement avec la comptabilité générale, pourrait alors perdre tout sens aux résultats de la période, tandis que fausser les décisions de gestion sur les valorisations trop loin de la réalité. C’est pourquoi de nombreuses entreprises ont reconnu la nécessité de mettre en œuvre une comptabilité vrai pour l’enregistrement en continu des flux de travail pour obtenir des résultats recoupent aussi parfaitement que possible les valeurs de la comptabilité générale.

La principale difficulté de la connaissance du résultat de l’exercice

Le résultat de l’exercice est facile de déterminer quand les revenus de refléter la vente de biens ou de services dont les coûts ont été engagés dans l’exécution. Dans ce cas de trouver dans la comptabilité générale est suffisante pour calculer une simple différence entre les deux éléments du compte d’exploitation. Mais cette circonstance est exceptionnelle. En général une partie des dépenses de la période se rapportent à des produits qui sont ensuite vendus et une partie du chiffre d’affaires comprend les coûts découlant d’une production antérieure. General Accounting recueille les flux par type de dépenses ne résout pas ce problème. Comme l’industrie se composait de petits ateliers de production de petites séries de petites sections, qui se chevauchent entre la valeur de l’exercice ont été de peu d’importance. Lorsque le développement du capitalisme a révélé les entreprises fortement capitalisées de la masse produire une grande variété d’objets, la nécessité a été plus pressant. C’est pourquoi la comptabilisation des coûts est né le premier dans l’acier et les industries mécaniques dans le grand verre ou chimique (p. ex Saint Gobain) et a atteint sa pleine mesure à la fin du XIXe et du début du XXe siècle. L’étude du temps, surtout autour des innovations de Charles Taylor, a donné une impulsion aux méthodes de production et a fourni un cadre pour la répartition des coûts des produits différents. Le ‘coût’ est devenu la norme dans l’industrie et a identifié de nombreux concepts utilisés dans les systèmes de comptabilisation des coûts.

Les principales méthodes de la comptabilité

La méthode des sections homogènes et les coûts complets

Cette méthode permet de redistribuer les valeurs de charge de la comptabilité financière, comptabilité analytique réfléchie par destination. Section des comptes recevra les valeurs ventilées. Il existe trois types: En fin de compte le résultat est déjà apparent dans les ventes, produit par produit et le résultat global est égal à la somme des résultats détaillés des produits. L’utilisation de comptes entièrement recoupé avec ceux de la comptabilité générale justifie pleinement la comptabilité terme par rapport aux autres, davantage de données statistiques ou pragmatique. C’est pourquoi il a été choisi comme méthode de base du code comptables liés à la PCG officielle de 47 comme un modèle jusqu’en 1999. Mais surtout il implique une variation arbitraire du coût total d’un produit en fonction des circonstances qui ne sont pas la responsabilité des producteurs. Ainsi, il ne permet pas un dialogue constructif pour améliorer la gestion. Ce point mérite un développement spécifique.

La délicate question des frais généraux et le niveau d’activité

Prenons une entreprise fabriquant des produits A et B. Ils absorbent chacun la moitié des frais généraux. Pour une raison quelconque, le produit B n’est plus fabriqué. La méthode du coût complet provoque l’inversion des frais généraux absorbés par B de A, dont le coût unitaire est augmenté en conséquence et la rentabilité à terme compromis. De même, la fixité relative des frais généraux, en termes économiques de son manque d’élasticité en termes d’activité, entraîne une charge de prix à l’unité en cas de ralentissement de l’activité générale.Cela limite la perte de revenu pour l’année concernée, mais il se propage dans le temps. Il traîne la crise en portant la croix du passé. Ces variations ne sont pas liées à l’activité de divers fonctionnaires ne peuvent pas être utilisés pour juger de leurs actions et peuvent perturber la fixation des prix raisonnables. Le coût d’un système permanent d’enregistrement des flux d’analyse est très élevé, ne peut pas l’utiliser pour contrôler la gestion et, plus important encore, peut modifier la gestion a été dénoncée comme inacceptable par de nombreux auteurs qui ont proposé diverses méthodes pour éliminer les variations parasites considérés .

La méthode de l’allocation rationnelle

L’idée elle-même est simple est séparé généraux non directement imputables à des sections de production définir un niveau normal de production. Il détermine alors un ratio d’attribution rationnelle de taux entre l’activité normale et l’activité enregistrée. Les coûts unitaires calculés ne dépendent pas de l’activité, que ce soit pour un produit particulier ou tous les produits. Mali et le bonus d’intégrer les frais généraux sont laissés dans la période et seront bien prises dans le résultat global, mais sans rendre impossible le contrôle de gestion.Les variations de coûts qui seront vues ne reflètent pas nécessairement le comportement de la production, plus efficace ou moins efficace, résultant dans des parcelles sans toucher à la politique de prix appropriée. Le plan comptable général a largement confirmé cette méthode de raisonnement:. «Les coûts d’acquisition et de production du stock ne comprend pas seulement les éléments normalement impliqués dans leur formation les pertes et les déchets sont exclues La répartition des coûts fixes … est fondée. sur la capacité normale. ‘ La difficulté de la méthode est évidemment de définir la «normale» qui peut être définie soit par historique ou par rapport à une prévision ou une par rapport à la capacité de l’usine ou de ligne de production.

La méthode du coût direct

Cette méthode est destinée à renforcer le sens de la dynamique dans la gestion des ventes se propose de déterminer leur contribution à l’absorption des coûts fixes et les contributions result.Compare globale dans le temps donne une vision pertinente des secteurs d’activité et des produits commerciaux. Il évite la fermeture d’une ligne de produits qui aide et ce serait un déficit dans les coûts totaux, le report des frais généraux sur les produits restants amenant à se transformer en déficit. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle n’a pas les titres de valeur, car elle est incompatible avec les règles du plan comptable. Cela oblige à prendre deux registres comptables ou de trouver des moyens de combiner tous les besoins en un seul système avec du coût direct sera l’une des sorties. Si une partie du processus de fabrication est sous-traitée, les coûts sont transférés à des prix de vente comprennent les frais généraux et le profit du sous-traitant. En comparant une année à l’autre devient impossible. Un autre développement qui pénalise la méthode est la tendance générale d’augmentation des coûts de structure dans le coût d’un coût product.Direct ne représentent qu’une fraction des coûts et sont donc un trop grand rôle dans la méthode.

Le Standard Cost Model

Cette méthode est particulièrement utile pour les entreprises qui fabriquent de nombreux produits en fonction de processus de production bien définis. Le service de planification est alors capable de définir des plages, les classifications et la production en série économique. Fin de la production en série est connue pour déterminer la quantité normale des principales composantes du coût et de comparer les coûts réels encourus.Si nous n’avions pas lancer la quantité optimale, si nous avions pour relancer la production après des incidents impliquant des temps machine plus et la perte de matières ou de produits, si a eu une panne de machine, bref si vous n’avez pas suivi le bonus standard ou plus sûrement de production Mali aura lieu. Dans la cascade des coûts des déversements de section en section, le bonus et le Mali ne sont pas transferred.Each entité sera jugé sur ses propres différences et non pas sur les conséquences des erreurs des autres. Les stocks sont conservés dans les coûts standard. Le bonus et le Mali sont dans les résultats de la période. Le seul inconvénient est la possibilité réelle de la définition du coût standard qui n’est pas toujours possible et l’énorme tâche de saisie et de traitement en continu des données opérationnelles qui rend la méthode impraticable sans l’aide d’ordinateurs.

La méthode GP

Inventé par George Perrin, dans le sillage des travaux de Taylor sur le temps de travail, cette méthode a été conçue principalement pour simplifier le calcul des coûts de production dans le secteur de la fabrication mécanique de nombreux produits sur le même ensemble de machines. L’idée principale est que la plupart des produits sont dans un rapport des coûts fixes entre eux.Les méthodes de fabrication évoluent lentement la stabilité de ce rapport peuvent être prises pour granted.Rather que de suivre le produit et la consommation de temps, ce qui peut être prohibitif et le ralentissement de la production, elle précise simplement les quantités produites. Les rapports sur les coûts sont stables, il est facile de les transformer en une quantité de production unique qui est proche de coûts de production globaux pour la période. Cela donne un coût unitaire de l’unité de production, à juste titre appelé le médecin généraliste, et il s’applique à la valorisation des stocks. Dans cette méthode peut se contenter d’un certain nombre de sections réduites et les stocks de produits fabriqués. Il peut être très économique. Il suppose que le service de planification a énuméré tous les articles dans GP. C’est pourquoi la méthode a été poussé par des firmes de consultants spécialisés dans les études de temps (MTM etc.). Cette méthode est très intelligent maintenant remplacée par la méthode UVA.

méthode UVA: une extension de la méthode GP

Cette méthode améliore la méthode des coûts complets et sert d’alternative à la méthode ABC. Elle est également fondée sur une analyse minutieuse des activités (comme des plages de fonctionnement), mais surtout sur les postes (opération élémentaire de travail se compose d’un ensemble de ressources matérielles et humaines qui travaillent de façon transparente).Cette méthode de diffusion et étendu entre autres par J. Fievez, R. Zaya et JP Kieffer est née des travaux de Georges Perrin réalisés au début de 1950 sur le concept de l’unification de la mesure de la production qui conduit au modèle de la méthode GP rebaptisée UVA en 1995. méthode UVA se pose comme un objectif prioritaire pour calculer le résultat (bénéfice ou perte) de chaque vente (en fait, il peut être une facture, commande, une livraison …). La réalisation d’une vente est considérée comme le processus élémentaire transversale dans l’entreprise comprenant tous les travaux effectués par toutes les fonctions de l’enregistrement de la commande, par la production des marchandises jusqu’à leur livraison et la réception de la facture. Ainsi, on peut considérer que les ‘activités’ support ‘ou rapport indirect avec les marchandises sont directement consommées par chaque vente, ce qui réduit considérablement les affectations arbitraires des frais indirects. Comme apophyse transverse élémentaires, la vente est la «brique» de base qui permet à toute analyse de rentabilité. Cette méthode permet à un grand nombre de simulations sans analyse supplémentaire à partir du moment que nous avons l’équivalent UVA. L’UVA est une unité de mesure, ce qui ajoute de la valeur à des activités spécifiques à chaque entreprise, est le critère qui sera comparé avec toute la consommation des ressources spécifiques de tous les postes UVA. L’avantage fondamental de l’utilisation de cet appareil est qu’il est indépendant des fluctuations des devises et permet de gérer un complexe d’affaires simple (avec de nombreux produits et de nombreux clients) d’agir comme si la société était le prix de mono-produit.Les de cette précision est la nécessité de une certaine stabilité au fil du temps dans la relation entre les ressources consommées par les positions de la société. C’est pourquoi en cas de profonds changements technologiques, nous devons mettre à jour l’analyse des postes touchés par ce changement, mais pas d’autres. Dans des conditions normales, il est recommandé de faire une actualisation tous les 5 ans. Cette analyse de l’emploi devrait être très forte. Plus d’article (produit) utilisé pour calculer l’UVA doit être représentatif. Comme il facilite la collecte et le calcul des données, cette méthode peut également être utilisé dans les organisations qui ne sont pas assez grandes pour avoir un contrôleur. Ces organisations peuvent être à la fois les petites entreprises et unités d’affaires de grands groupes atypiques.

La méthode ABC

Cette méthode a été développée par une association, I-CAM (Computer Aided Manufacturing International), fondé en 1972 aux États-Unis et situé à Austin, au Texas, qui se spécialise dans la recherche en collaboration visant à améliorer les coûts de gestion et les méthodes de production. Ses membres sont de grandes sociétés américaines et les éditeurs de logiciels comme SAP, leader mondial dans le domaine de la production informatique intégré dans la méthode ABC et son logiciel permet une propagande active. Le principe de la méthode est la suivante: les objets de coûts (produits, clients …) consomment des activités, elles-mêmes, consomment des ressources. Dans la pratique, les étapes de la mise en place d’une approche ABC sont les suivants: La méthode ABC présente l’avantage de mieux imputer les coûts aux produits sans une répartition des coûts indirects en utilisant une unité de mesure souvent arbitraire (par exemple, les heures de machine). Une meilleure compréhension des processus utilisés pour identifier les forces et les faiblesses d’une organisation dans le mise en œuvre de cette méthode. En utilisant cette méthode devient plus pertinente lorsque le processus de production sont ‘en ligne’ avec un qualifié et polyvalent, le processus est flexible, et que la technique utilisée est la production de masse de taille différente avec l’utilisation de la méthode du juste-à-temps.

La méthode de calcul des coûts caractéristiques

Il existe plusieurs méthodes visant à estimer les caractéristiques des produits avec le coût de celle-ci. Selon les principes de la commercialisation d’un produit est d’être le best-seller, adopter un positionnement précis de sa marque sur les segments de clientèle sélectionnée. Cela implique d’investir un coût plus élevé vis-à-vis des caractéristiques (attributs ou fonctions) du produit ont été détectés tels qu’évalués par le public. Ainsi, la méthode du coût établit un ratio cible de l’importance des fonctions attendues par le client et la technique contribution margin.This a l’avantage de la simplicité de calcul. Cette méthode a aussi une capacité à convaincre la force de vente est versé sur la base du chiffre d’affaires, qui se rapproche de la méthode de calcul. Mais il est possible de relier le présent rapport avec les coûts qui ne sont pas liés à la vente avant. L’Américain JA Brimson propose dans les années 1990 le «calcul des coûts d’entité», comme la méthode de ‘Calcul des coûts par les caractéristiques (ou méthode du coût stable (MCS) aussi connue sous le nom MCCC). Cette méthode analyse aussi le lien entre les caractéristiques du produit et les coûts pour chaque activité. L’objectif est de rationaliser le processus décisionnel sur le portefeuille de produits.La comparaison entre les attentes des clients et le coût des marchandises est facilitée. D’autres méthodes de proposer des approches pour l’analyse multicritères de la relation entre les coûts et les caractéristiques du produit, la meilleure approche de la réalité économique des méthodes de processes.These d’affaires sont basées sur chaque activité et les processus d’affaires pour chaque type de charge sur un système de pondération de la difficulté générée par les caractéristiques du produit. Le résultat est une évaluation précise multi-critères utilisés en contrôle de gestion (calcul du coût d’un produit fabriqué), dans une perspective de prévision (préparation des devis, les offres et les prix) ou la gestion stratégique (analyse de la valeur des caractéristiques des produits).

Introduction à la comptabilité

La comptabilité analytique est un système de comptes, ajusté de la comptabilité générale, l’identification et l’évaluation des éléments de profits pour l’année et permettent l’interprétation et l’utilisation par management.She entreprise proche de chacun aux coûts des produits, qu’ils soient engagés dans l’exercice ou dans les périodes précédentes. Il divise les résultats par centre de décision pour un meilleur contrôle, ou consolidés par secteur d’activité, de mieux évaluer la situation. Il est parfois associée à d’autres techniques de gestion telles que la gestion du budget ou la gestion par objectifs, à qui il fournit des éléments de comparaison comme la comptabilité de gestion. Longtemps réservé aux grandes entreprises industrielles (on a parlé dans le secteur de la comptabilité du XIXe siècle), en raison de sa complexité et les coûts de mise en œuvre de la comptabilité analytique s’est généralisée avec l’avènement des ordinateurs et de progiciels de gestion ont considérablement réduit le coût de la collecte et le traitement des informations détaillées.Il couvre désormais toutes les formes et tailles d’entreprises, dont elle est un élément clé du système d’information.

Tendances de l’emploi des méthodes d’analyse

De nombreuses entreprises publiques ont fait de comptabilisation des coûts de la fin des années 80. Banque de France a créé la comptabilité d’abord déterminer avec une fiabilité suffisante le coût des billets dans la fin des années 80. Révélé le coût est si élevé qu’il croyait que la direction des plans de modernisation radicale ont été mis en place pour le réduire, ce qui conduit à une restructuration complète du processus de production des billets de Chamalières et de la fabrication de papier. Le Sealink, une filiale de la SNCF, met en œuvre un système informatisé de contrôle des résultats d’analyse de chaque bateau de la flotte dans le milieu des années 80. Les résultats viennent immédiatement après la fin de chaque passage et chaque «marée» pour certains bateaux. Jusqu’à présent, les résultats globaux ne sont pas connus avant fin d’année et intégrés dans ceux de la station. L’amélioration des résultats ont été spectaculaires. ‘

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié