/*

La comptabilité : capitaux propres

Vous êtes ici : Accueil » Fonction comptable » La comptabilité : capitaux propres
La comptabilité : capitaux propres

ARTICLELes capitaux propres sont, avec les dettes financiè­res, la principale source de financement de l’entreprise.

N’ayant pas d’échéance de remboursement fixe, ils constituent la ressource durable par excellence et, à ce titre, jouent un rôle très important dans le calcul de certains agrégats financiers comme le ratio d’endettement ou le ratio de solvabilité des banques.

La manière dont est mesurée comptablement cette partie du capital employé a donc un impact significatif en matière d’analyse financière.

On peut analyser les capitaux propres de deux façons suivant que l’on s’intéresse à ce à quoi ils ser­vent, c’est-à-dire leur contrepartie dans le bilan, ou la dette qu’ils constituent vis-à-vis de l’actionnaire.

Les capitaux propres sont ainsi d’une part l’actif net de l’entreprise et leur valeur est celle des actifs moins celle des dettes, donc un mélange de valeur d’origine (coût amorti) et de valeur de réalisation. Cette valeur représente le capital net mobilisé par l’ac­tionnaire dans son entreprise.

D’autre part, les capitaux propres peuvent aussi être considérés du point de vue de la dette vis-à-vis de l’actionnaire. Le montant au bilan comporte le capital proprement dit, c’est-à-dire la mise de fonds en capital et les résultats accumulés en réserves, c’est-à-dire l’en­richissement passé de l’actionnaire qui ne lui a pas été restitué sous forme de dividende, soit volontairement par réinvestissement, soit du fait de contraintes fis­cales ou légales.

Quelle que soit la vision retenue, les capitaux pro­pres comptables représentent un montant d’emploi ef­fectif de capital et un passif non échéancé, mais quasi certain vis-à-vis de l’actionnaire.

L’écart entre la capitalisation boursière d’une entre­prise et ses capitaux propres comptables est un mul­tiple représentatif de la capacité perçue de celle-ci à se projeter dans l’avenir et donc de la confiance des mar­chés au-delà d’une situation d’avancement donnée par les comptes. Les capitaux propres comptables et la ca­pitalisation boursière convergent conceptuellement à l’infini, mais jamais en pratique à un moment donné.

VIDEOS

Vidéo : La comptabilité : capitaux propres

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La comptabilité : capitaux propres

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=72IPy_0aq7g]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié