hfcCL2aCapital employé22bhhB

Capital employé : la mesure comptable - C'est Savoir.fr

Capital employé : la mesure comptable: capital employé

> > Capital employé : la mesure comptable ; écrit le: 27 février 2012 par admin

Le capital employé est l’argent mis à disposition de l’entreprise et investi dans ses activités. Le capital investissement à l’actif du bilan est toujours égal au capital employé au passif.
Il est de première importance pour l’apprécia­tion par le lecteur des comptes de la création de va­leur, de mesurer le montant de ce capital, le coût de la ressource et le rendement obtenu des inves­tissements.
Or, il n’existe pas de définition normée du capital employé et sa lecture directe sur un bilan comptable n’est pas possible.
Pour combler cette lacune, le lecteur trouvera ci- après une proposition de définition qui fonctionne bien en pratique, sans risque du point de vue des ré­dacteurs en l’absence de normes existantes. Pour ce faire, quelques hypothèses sur la nature de certains ac­tifs et passifs sont nécessaires ; pour une activité de type industrielle standard, on pourra retenir les postu­lats suivants :

  •  sources de capital : les deux véritables preneurs de risque capitaliste dans l’entreprise sont les action­naires et les prêteurs, banquiers ou obligataires. Tous les autres créditeurs sont des prêteurs par accident ;
  • provisions long terme : tous les passifs au bilan des­tinés à faire face à des obligations nées de l’exploi­tation (par exemple, les engagements de retraites) sont des dettes d’exploitation et non des dettes fi­nancières. Un futur retraité ne finance pas son en­treprise directement. Quand l’engagement est exter- nalisé dans un fonds de pension, il participe au capital. L’engagement non externalisé est de l’auto­financement passé mis en réserve par l’entreprise. Il n’y a pas de capital mis à disposition, mais le passif un élément du fonds de roulement durable ;
  • impôts différés : quand les Etats font crédit à l’en­treprise, c’est involontairement (décalage du paie­ment de l’impôt) ou volontairement pour favoriser l’activité industrielle en général (cas des amortisse­ments fiscaux dégressifs), mais pas une entreprise en particulier. Les passifs d’impôt sont donc assimi­lables à un fonds de roulement et pas à du capital employé ;
  • trésorerie : en règle générale, la trésorerie d’une grande entreprise est un résiduel de son finance­ment, pas un actif dans lequel elle investissement.

Sur la base de ces hypothèses, le capital employé, égal au capital investissement, peut se déduire facilement d’un bilan comptable par reclassement des dettes d’exploi­tation en moins de l’actif et de la trésorerie en moins des dettes financières.

← Article précédent: L'analyse financière : agrégats financiers Article suivant: ROCE (return On capital employed):


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site