hfcSs2a22bhhB

Secretaire comptable - C'est Savoir.fr

Secretaire comptable

> > Secretaire comptable ; écrit le: 16 novembre 2011 par admin

secretaire comptable

La loi ne prévoit pas une réponse détaillée à tous les problèmes professionnels comptables ont toujours ressenti la nécessité de nouvelles orientations. L’administration fiscale de côté, ce sont les associations d’auditeurs qui avaient le plus d’influence, mais ils ne sont pas seuls. Une particularité du système scandinave des normes comptables est l’existence des personnes morales, y compris des représentants du gouvernement.

De l’extérieur, ce système peut paraître très compliqué, étant donné l’existence de plusieurs organisations travaillant en parallèle. Bien que nous utilisions le terme commun «norme», il convient de noter que ces organisations ne sont pas, en principe, le pouvoir d’émettre des «normes» au sens américain, à savoir les textes d’application obligatoire. Il vaudrait mieux parler de «lignes directrices» ou «recommandations» que ces textes n’ont aucune valeur juridique, ils tirent leur autorité de leur pouvoir de persuasion.

Copenhague, Helsinki, Oslo et Stockholm ont chacun une bourse de valeurs. En Islande, cependant, il n’existe pas de bourse, la banque centrale elle-même, qui prévoit des opérations en capital. Dans tous les pays scandinaves, le secteur bancaire est prépondérante mais les marchés boursiers se sont fortement développées depuis le début des années 1980. Dans l’ensemble, il ya environ un millier de sociétés cotées en Scandinavie.Les marchés boursiers sont de plus en plus une référence commune pour les comptables, en particulier pour les auditeurs.

Tous les centres financiers à l’exception d’Oslo ont un rôle passif dans la comptabilité. Ils ne produisent pas de règles comptables et ne sont pas encore impliqués dans l’élaboration de normes. Les analystes financiers et autres groupes d’investissement ont un rôle plus actif pas. Danemark et la Suède, les marchés boursiers ont été invités à participer au processus de normalisation, mais ils refused.Danish sociétés sont cotées, cependant, depuis 1986, pour se conformer aux directives de l’organisme national de normalisation. En Suède, la Bourse recommande d’appliquer les normes du conseil de la comptabilité et de toute société cotée en bourse qui s’écartent doit être indiqué dans l’annexe les raisons de ce comportement.

Seule la Norvège que les autorités boursières sont impliqués dans l’établissement de normes comptables. Le comité de la comptabilité de la Bourse d’Oslo émet ses recommandations depuis 1977. En 1989, la Bourse a même mis en place avec cinq autres organismes des ORA norvégien (Norsk Regnskapssqftelse norvégienne Accounting Standards Board) qui, à ce jour, a publié trois normes qui n’ont pas d’autorité légale, mais que les autorités veulent voir l’égard des actions. Ces normes sont les suivantes:

Ces dernières années, les marchés boursiers ont connu plusieurs scandales dus à une mauvaise manipulation de la comptabilité compatible avec la typologie des autorités de contrôle ont intenté une action en justice contre les entreprises et leurs commissaires aux comptes, mais cela n’a pas convaincu à participer plus activement au processus de normalisation.

Depuis plusieurs années, les États-Unis se demandent si les normes comptables est de la responsabilité des organisations publiques ou privées. Dans les pays scandinaves, il est de la responsabilité des deux. Depuis le milieu des années 1970, la Finlande et la Suède ont choisi de créer des organes communs des fonctionnaires et des représentants du secteur privé (KILA en Finlande, la BFN et la RR en Suède).

Le finlandais KILA, qui existe depuis 1974, est un organisme d’Etat composé de représentants des divers intérêts sélectionnés à la suite d’une procédure dans laquelle le Secrétaire général du Ministère a un rôle décisif.

Le BFN (Bokforingsnamnden Accounting Standards Committee) a été créé par le gouvernement suédois en 1976. Ses membres représentent un large éventail d’organisations, y compris unions.Despite un faible nombre d’employés à temps plein, la BFN a publié de nombreux interprétations juridiques ou des recommandations et a répondu à de nombreuses questions techniques soulevées par les tribunaux.Parce qu’il a relativement peu de problèmes d’évaluation occupé, le BFN est apparu comme un complément à suédoise organismes de normalisation (Comité sur la comptabilité de la FAR et RR depuis 1989). Dans le milieu des années 1980, certaines entreprises suédoises ont commencé à s’écarter des recommandations de la commission sociale de la FAR. Ce dernier a répondu par la création de la BR (Redovisningsradet comptables du Conseil), composé de représentants de la RAF, les entreprises et BFN. Des entreprises ont commencé en refusant l’invitation, puis finalement accepté. Le comité des normes de la RR est composé de neuf membres, trois de chaque fondateur agence. BR a remplacé la RAF, mais BFN continue de travailler en parallèle.

L’Islande a également un organisme de normalisation, le Reikningsskilarad, dont les membres proviennent de plusieurs établissements islandais.

L’autorité juridique de ces organismes (KILA, BFN, Il elkningsskilarad) est un peu compliqué. Il n’est pas aussi forte que celle de la loi depuis leurs positions n’émanent pas du Parlement. Mais d’autre part, ces organisations tirent leur légitimité des gouvernements qui les ont créés. Les tribunaux (civils ou fiscaux) sont également largement les utiliser, de sorte que leurs positions soient précédents. Ces organisations ont également répondre aux questions du public et ils ont le mandat d’interpréter la loi.

Danemark et la Norvège, l’État n’a pas participé à l’établissement de normes comptables en Finlande, en Islande ou en Suède. Mais son influence est de plus en plus de toute façon. Après le scandale nordiques Plume en 1991, le processus de normalisation danoise a été réformé. Il existe actuellement dans ce pays une agence gouvernementale compétente qui est très intéressée par le processus et être prêt à intervenir en cas de problèmes arise.In la Norvège, le ministère des Finances a adopté une structure de conseil, l’Regnskapsradet (Comptabilité Conseil) a publié quelques conseils. Bien que le RIC est une création récente (1989), un rapport de la commission chargée de préparer une réforme de la législation norvégienne en 1992 a proposé la création d’un nouvel organisme des normes dont les membres seraient nommés par le gouvernement.

entreprises scandinaves ont été réticents à participer officiellement à l’élaboration de normes comptables. C’est probablement parce qu’ils ont une position forte dans la préparation des états financiers dans la mesure où la loi se réfère à la notion de «bonnes pratiques comptables’ et que les grandes entreprises ont un pouvoir économique considérable dans des pays aussi petits.

Dans tous les pays scandinaves, la loi se réfère à la notion de «bonnes pratiques comptables.’Selon l’exposé des motifs de la loi suédoise sur la comptabilité de 1976, ces« méthodes utilisées par un nombre représentatif d’entreprises. ‘Il reste à déterminer quelles méthodes peuvent être classées comme« bonne », étant donné la diversité des pratiques. Il s’agit de la sphère des organismes de normalisation.

La référence à la notion de «bonnes pratiques comptables» vient du fait que la loi ne peut pas tout régler en détail ou anticiper les évolutions futures. Nous avons donc besoin d’un concept dynamique pour une solution à des questions comptables. Toutefois, il est généralement admis que la pratique ne change pas pour des opérations similaires, un changement dans les principes qui ne peut résulter que d’un changement dans la législation.

Bien que les pays scandinaves sont la loi écrite, le législateur a laissé une importante pratique dans le domaine de la comptabilité, même si les champs respectifs de la législation et la pratique ne sont pas clairement exception defined.This est en partie dû à la technicité de la matière. Il est aussi une manifestation de la nature consensuelle de la culture coopérative et scandinaves. Comme il fonctionne, ce modèle semble préférable aux yeux du législateur, qui vise à faire en sorte que la pratique améliore.Si cela échoue, il ya toujours la possibilité de légiférer, ce qui constitue une menace pour la plupart des intervenants.

Lorsque nous parlons de la comptabilité, on pense souvent à de grandes sociétés. Mais les influences sur les petites et grandes entreprises ne sont pas les mêmes. Les grandes entreprises sont soumis principalement à l’influence internationale. L’influence allemande était prédominante jusqu’en 1960. Il a ensuite été relayée par les États-Unis. Actuellement, il est difficile de savoir quelle direction les comptes car il ya de nombreuses forces concurrentes. Les États-Unis n’est plus la seule référence il ya aussi l’IASC et l’Union européenne. Le rayonnement international a plusieurs origines: l’éducation, les vérificateurs, les organisations professionnelles et de leurs marchés. La diffusion des nouvelles technologies passe aussi par l’imitation des autres entreprises et des vérificateurs encourager cette évolution. Malgré le poids de l’influence internationale de plus en plus importants, les Etats ont encore la possibilité de conserver certaines traditions, comme l’a fait en particulier la Finlande. L’existence de concours nationaux tels que ‘Meilleur Rapport Annuel» a également favorisé une augmentation du volume de publication. Certaines grandes entreprises multinationales ont donné l’exemple et ont été rapidement suivi par d’autres.Les organismes de normalisation ont approuvé ce changement afin que d’autres entreprises ont, à leur tour, changé leurs méthodes.

Toutefois, pour les petites et moyennes entreprises qui ne dépendent pas sur les marchés internationaux de capitaux, l’impact fiscal est toujours primordiale, en particulier en Suède et en Finlande, où le lien est encore forte principe accounting.In taxe, la taxe est calculée sur la base du bénéfice comptable , mais les autorités fiscales ne peuvent s’appliquer ses propres règles. Dans ce cas, les considérations fiscales prévalent généralement parce que si l’entreprise utilise des méthodes comptables qui ne sont autorisés par l’IRS, le résultat fiscal sera rejetée. En outre, les entreprises refusent d’apporter des modifications à ces méthodes si elles conduisent à augmenter le revenu imposable. En Suède et en Finlande, où le lien entre la comptabilité et la fiscalité est explicitement indiqué, ce problème est évidente. Dans d’autres pays, l’impact budgétaire reste que l’acceptation d’une nouvelle méthode comporte toujours le risque que les autorités fiscales d’adopter cette solution pour le calcul de l’impôt. Les considérations fiscales peuvent donc être tout aussi important dans ces pays que dans d’autres. Les grandes entreprises ne sont pas à l’abri de ces préoccupations, en dépit de l’influence internationale à laquelle ils sont soumis.Ils sont généralement résoudre ce problème en utilisant d’autres méthodes de consolidation que ceux utilisés pour la préparation de leurs comptes individuels. Les états financiers consolidés n’ont pas d’impact fiscal, ils peuvent choisir des méthodes qui améliorent les performances sans augmenter le fardeau des impôts.

Les normes ont le statut de ‘bonnes pratiques comptables,’ dès qu’ils sont effectivement utilisés par les entreprises. Auparavant, ces lignes directrices ne sont sans portée juridique.

Il est parfois soutenu que les diverses organisations qui publient des recommandations ont un impact significatif sur la comptabilité scandinaves. Cet argument est contestable car une étude sur les normes comptables suédoises entre 1957 (lorsque la première directive de la FAR) et 1988 (dernière directive FAR) a montré qu’il est l’affaire de diriger le processus et non pas les commissaires aux comptes (Artsberg, 1993). La RAF a toujours été considéré comme un très intelligent bénéficie d’une grande autorité et une grande enquête montre power.The qu’il n’a jamais eu l’occasion de provoquer ou d’imposer des changements, mais a effectivement agi avec une grande intelligence, de toute façon assez de ne pas s’opposer aux initiatives de quelques-uns de grandes entreprises internationales. C’est ce dernier qui a amené le changement en modifiant leur rapport annuel.Dans certains cas, le FAR a même tenté de s’opposer à l’utilisation de nouvelles techniques que parfois violer la loi. En dépit de la validité de ses arguments, la RAF a dû se plier à suivre le rythme de la pratique. Enfin, il a été remplacé par le RR lorsque les entreprises ont accepté de participer au processus de normalisation. Même le droit comptable est modifiée, pour rester compatible avec l’évolution des pratiques.

Bien que les FAR et d’autres organismes de normalisation n’ont pas joué un rôle de premier plan dans l’évolution de la comptabilité, leur contribution ne peut être refusé, ils ont permis la diffusion des innovations introduites par les grandes entreprises, accélérant ainsi la normalisation comptable.

E-mail: (Obligatoire)

Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu wa Za Banga (né le 14 Octobre, 1930 – décédé d’un cancer le 7 septembre 1997), né Joseph-Désiré Mobutu, a été le deuxième président de la République démocratique du Congo de 1965 à 1997 (le pays le Zaïre a été renommé de 1971 à 1997). Il était surnommé ‘Le Léopard de Kinshasa.

Escalade

En Juillet 1960, il devient secrétaire d’État du gouvernement indépendant de Patrice Lumumba.Il profita de la mésentente entre les politiciens et le fait d’être l’un des rares à avoir toute l’expérience militaire lumumbistes se déplacer rapidement dans les rangs. Ainsi, en tant que chef d’état-major, et sous l’influence de l’ambassadeur de Belgique, et il fit arrêter Lumumba en résidence surveillée en 1960, leader Lumumba jouissant d’une grande popularité. Ce coup d’Etat aura beaucoup dans les relations entre la Belgique et Mobutu. Il met en place un gouvernement provisoire, le collège des commissaires General.Mobutu accusé Lumumba, puis devant les caméras de sympathies pro-communistes d’attirer le soutien des États-Unis. Lumumba à Stanleyville tenter de fuir mais a été rattrapé en chemin par les soldats. Mobutu seront mis en prison, où Lumumba recevra une banane. Il sera ensuite envoyé au Katanga Moise Tshombe, où il sera assassiné 17 Janvier 1961, son corps perdu ‘dans la brousse’ comme documents officiels. Sous la direction de Pierre Mulele, des rebelles partisans de Lumumba à la guerre contre Mobutu. Ils ont rapidement occupé les deux tiers du Congo, mais avec l’aide des États-Unis, Mobutu a réussi à reconquérir l’ensemble du pays. Cette «victoire» qui n’aurait pas été possible sans l’aide occidentale est habilement mise à profit en interne par Mobutu qui orne la vertu de pacificateur, un rassembleur du pays.Il met ainsi son pouvoir sur deux piliers en dehors du contexte de la guerre froide, et dans la stabilité. Une autre façon de consolider son pouvoir est la prise du pouvoir politique, dont le corollaire est la suppression d’une partie des citoyens congolais.

Après avoir réorganisé l’armée, il dirige 24 Novembre 1965 coup d’État contre Joseph Kasa-Vubu, premier président de l’ancien Congo belge. Selon une crise politique aiguë entre le président Kasa-Vubu et le gouvernement de Tshombe, le coup a été salué et accepté par tous, Kasa-Vubu le remercie, Tshombe est «absolument ravi», les syndicats CSLC, UTC FGTK et soutenir le nouveau pouvoir, ainsi que les organisations d’étudiants et UGEC AGL. population congolaise dans son salue étranger. L’étranger, en Belgique et aux États-Unis sont les premiers à reconnaître le nouveau président. Seules la Chine et l’URSS montrent reluctance.As colonisés et ex-soldats de la Force Publique, Mobutu est ce que l’amour l’administration belge, il peut les caresser dans le sens des cheveux comme à l’arrestation de Lumbumba mais il sait aussi qu’il a besoin du soutien du peuple congolais et alors il a fait un héros national Lumumba, le premier martyr de l’indépendance économique et en son nom que toutes les puissantes compagnies minières belges ont été nationalisées en 1966.Avec Mobutu, le Congo est alors le cheval de Troie des Américains contre la montée du communisme en Afrique et notamment en Afrique australe. Mobutu dans la capitale accueille le gouvernement angolais en exil luttant pour son indépendance, mais les communistes du MPLA en seront exclus. l’aide américaine aux guérilleros angolais FLNA et l’UNITA au Congo.

En 1969, il a écrasé une révolte estudiantine. Les corps des étudiants tués étaient jetés dans des fosses communes et 12 étudiants ont été condamnés à death.The université est fermée pendant un an et ses 2000 étudiants enrôlés dans l’armée où, selon la télévision d’Etat, «ils apprennent à obéir et à fermer leur bouche. ‘

Il établit un régime autoritaire à parti unique », le Mouvement Populaire de la Révolution et devient le maréchal-président en 1982. Un de ses souhaits est que le pays retrouve sa culture profonde est alors zaïrianisation (décolonisation culturelle). En 1971« l’année . Z de la 3 ‘, il renomme le pays et la rivière d’argent appelée Zaïre La même année, il impose un costume traditionnel, a créé une version du Zaïre costume occidental:’Le abacost’ (A bas le costume) et il faut le Zaïrois à choisir un nom d’origine africaine et locale (non chrétien), ce qu’il fait lui-même en devenant Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Wa Za Banga, c’est-à-dire, «Mobutu le guerrier qui va de victoire en victoire et personne ne peut l’arrêter.’ Mobutu a aussi imposé le lingala, une langue grands pays occidentaux, par l’enseignement dans les écoles et populaire dans son discours.

Cette «révolution culturelle» et le culte de la personnalité sont clairement inspirés par les régimes communistes. Mobutu est aussi l’un des rares dirigeants à être invité par Ceausescu, et de maintenir le culte de la personnalité après des visites instructives dans la Chine maoïste et la Corée du Nord qu’elle fournira début des années 1970 une assistance militaire.

Les premières années, le régime sera très apprécié au niveau international (y compris les États-Unis), la personnalité affable du maréchal-président et des ressources naturelles du pays aident un peu. Le Zaïre est considéré comme un exemple pour toute l’Afrique. Les investisseurs étrangers se précipiter sur les ressources naturelles dont le Zaïre est richement dotée. Le gouvernement zaïrois lance une œuvre politique majeure, «éléphants blancs», ce qui conduira à la corruption importante des élites politiques et administratives.

La chute de Mobutu

Après avoir fondé le développement du Zaïre sur le modèle d’une économie rentière, Mobutu ne peut voir que les inconvénients quand il ya une baisse soudaine des prix du cuivre. Les finances publiques sont un coup d’État sans effusion de sang, Mobutu au Zaïre lance la politique suicidaire de «zaïrianisation» de l’économie. Cette nationalisation brutale de l’économie a vu les hommes d’affaires étrangers donnent leurs clés à des membres de l’armée zaïroise de l’application de la zaïrianisation décret. Les entreprises ainsi devenue un système de souffle un bon moyen d’acheter la loyauté. De nombreux bénéficiaires de zaïrianisation, tous proches du régime ont pris ces sociétés pour leurs biens personnels sans égard à leur gestion. La corruption est si répandue de croissance (appelé le régime de Mobutu ‘kleptocratie, littéralement« la règle par le vol ‘), pour briser la situation économique et sociale de l’écrasante majorité du Zaïre dramatically.As un pion des Américains contre les communistes en hausse, Mobutu envoyé en 1975 pour faire face à la retraite subite de l’armée portugaise en Angola, ses troupes pour soutenir le FLNA contre la guérilla du MPLA, qui a déjà pris Luanda, la capitale. 20 000 soldats cubains rapidement débarquer néanmoins aider à repousser Neto et Mobutu troupes .La situation s’aggrave au Zaïre et est maintenant impliqué dans la guerre froide soutenant les rebelles de l’Angola (UNITA FLNA) avec les États-Unis et le régime d’apartheid contre les communistes (MPLA, Cuba, URSS). Pour déstabiliser Mobutu, Agostinho Neto son lancement célèbre katangais en 1977 à Kolwezi. C’est au cours de cette opération, nous verrons la fragilité de l’armée zaïroise. En dehors de la garde présidentielle bien entraînée par des officiers belges, d’autres (45 000 hommes ou plus) sont totalement indiscipliné, mal équipés, mal payés et fuient les combats. Mobutu lui-même tracer les plans de bataille, ignorant les conseils de ses officiers mieux qualified.Populations Katanga gendarmes de soutien pour les minorités ethniques et de lassitude de la dictature et n’hésitent pas à travailler contre les troupes de Mobutu. Ces interventions sont le français, belge, marocaine, Togo et Côte-d’Ivoire qui permettront de sauver Mobutu et de repousser les «policiers».

En 1986, une grave crise économique qui secoue le Zaïre et met en évidence une crise politique et une révolte latente, chez un peuple qui ont faim et un chef de file multi-milliardaire mégalomane qui a utilisé la corruption comme une forme de gouvernement. L’écart s’est creusé entre la petite tribu de fidèles (à qui le chef a donné des faveurs) et le reste de paie.Maïs est la fin inattendue de la guerre froide avec la chute du mur de Berlin, qui viendra compléter le régime de Mobutu. Privé de ses généreux soutiens extérieurs qui le soutenaient comme «rempart contre le communisme» depuis son arrivée au pouvoir, Mobutu trouve quelque peu isolée contre son opposition interne.

En 1990, comme dans beaucoup d’autres pays en Afrique centrale, le mécontentement populaire est en croissance et en avril 1990, Mobutu a permis à plusieurs (l’opposition peut ensuite pousser au départ). La conférence nationale à l’occasion devient un tribunal populaire dénonçant les violations flagrantes de l’Mobutu système. Réponse Etienne Tshisekedi et d’autres opposants politiques marquent un tournant, car ils ne sont pas suivies par la répression contre leurs auteurs. Aux yeux du Zaïre ‘, le seul maréchal du Zaïre’ et avaient plus de pouvoir d’opprimer son peuple pour sa puissance. L’état désastreux des finances publiques du pays causé par l’incompétence de l’économie Mobutu perdit peu à peu le système financier se permettre de manger. Vilipendée à Kinshasa, Mobutu se retire dans son palais somptueux en plein cœur de la jungle tropicale Kawele près de sa ville natale. Sa solitude est donc évident, à la fois au Zaïre et à l’étranger, où il jouit de l’appui de la France.Sa maladie va encore renforcer cette impression de faiblesse, incitant ses opposants intérieurs et les ennemis étrangers à intensifier leurs actions.

En 1994, malgré le partage du pouvoir avec le président du parlement, le pays plonge dans la crise. Il s’aggrave avec l’arrivée de réfugiés rwandais fuyant d’abord la répression du génocide au Rwanda, fuyant les progrès de 1996 de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo, les Congolais branche armée du Front patriotique Rwanda et l’Ouganda, dirigé par Laurent- Désiré Kabila. Ils viennent à Kinshasa le 17 mai 1997, provoquant l’effondrement de l’autorité et la fuite de Mobutu Sese Seko, malgré une dernière tentative de négociation pour le partage du pouvoir parrainée par Nelson Mandela sur le navire Outenika. Après avoir été traité pendant plusieurs mois en Suisse et en France, Mobutu Sese Seko est mort septembre 71997 à Rabat d’un cancer de la prostate et est enterré en Europe, quatre mois après son éviction et la montée au pouvoir par Laurent-Désiré Kabila, père du chef actuel de l’Etat congolais (2008), Joseph Kabila. Il laisse un pays économiquement battues, en conflit avec de nombreux pays voisins pour ses richesses et son espace et de la guerre civile.

Débuts

Joseph-Désiré Mobutu Sese Zaïre La Krigo né en Octobre 14, 1930 à Lisala belges les mois à peine après le Congo belge Roi Baudouin. Son père, Albéric Gbemani, cuisinier pour un magistrat colonial de Lisala, meurt alors qu’il était de 8 ans et il est alors élevé par son grand-père et son oncle. Il poursuit ses études dans une école catholique. À 20 ans, il s’est enrôlé dans la Force publique, l’armée coloniale belge, où des officiers blancs commande soldats noirs. A 25 ans, il épouse Marie-Antoinette Gbiatibwa Yetene. Il a obtenu un brevet secrétaire comptable Luluabourg puis confiées au personnel de la Force publique à Léopoldville en 1953.

Après son passage dans l’armée, dont il a publié sous-officier, il devient journaliste pour le quotidien libéral de Léopoldville L’Avenir en 1957 sous la supervision d’un de ses mentors, le journaliste Antoine-Roger Bolamba, qui présente Patrice Lumumba. Il se rend pour la première fois en Europe lors d’une conférence de presse [[] Paris, où il resta quelque temps pour la formation. Il est en même temps que les représentants congolais négocient leur indépendance, et lorsqu’ils arrivent à Bruxelles pour organiser une table ronde, une partie de la délégation avec Antoine Kiwewa Lumumba, Mobutu fournit des Belges.

Références

Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur Mobutu Sese Seko.

← Article précédent: Salaire comptable Article suivant: Service comptable


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site