hfcLL2acomptabilite22bhhB

La comptabilité : goodwill (survaleur) - C'est Savoir.fr

La comptabilité : goodwill (survaleur)

> > La comptabilité : goodwill (survaleur) ; écrit le: 27 février 2012 par admin

Les mots ont souvent un sens caché, différent sui­vant les langues. Pour désigner le montant qu’il faut payer pour acquérir une société, au-delà de ses capi­taux propres, l’Anglo-Saxon utilise un terme associé à «la volonté d’y aller» (goodwill), le Fran­çais sous-entend déjà qu’on l’a payé trop cher (survaleur).

Lors des dépréciations de goodwill interve­nues dans les conjonctures de bulles financières comme celle de l’Internet, goodwill et survaleur ont re­trouvé un sens commun.

Il est rarissime d’acheter une société pour sa valeur comptable, ou pour un montant inférieur (badwill). Il y a deux raisons récurrentes à cela.

D’une part, les actifs et passifs achetés ont une va­leur pour l’acquéreur, au moment de l’acquisition, dif­férente de celle dans les comptes. Un équipement in­dustriel, mis en service il y a quinze ans et amorti sur trente ans, a toutes les chances de coûter plus cher au­jourd’hui que 50 % de sa valeur d’origine. Il y a aussi dans le monde moderne de nombreux actifs incorpo­rels que l’on achète mais qui, créés au fil du temps, ne sont pas à l’actif du bilan comme les marques ou les parts de marché. Il faut donc, au moment de la conso­lidation des comptes de la société achetée, les mettre à la valeur réelle pour laquelle on les a acquis. Cette opération dite d’affectation du goodwill laisse ensuite un montant résiduel, non affecté, qui représente une sorte de prime payée par l’acquéreur et justifiée par son espérance de gains futurs.

Les normes comptables antérieures obligeaient à amortir cet actif, même sur des durées très longues (quarante ans) pour éviter le maintien indéfini au bi­lan d’éléments non identifiés et pour que le résultat prenne en compte la nécessité de rembourser un jour l’investissement auquel il correspond. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, il suffit de tester que le goodwill a gardé au minimum sa valeur d’origine.

L’importance des goodwills générés dans les acquisi­tions récentes, pouvant atteindre plusieurs fois les ca­pitaux propres, et les brusques dépréciations massives liées à des évolutions de l’environnement extérieur re­flète la nouvelle approche des normes comptables.

Vidéo : La comptabilité : goodwill (survaleur)

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La comptabilité : goodwill (survaleur)

https://www.youtube.com/embed/Bk0fHyj-DJA

← Article précédent: La comptabilité : regroupements d’entreprises Article suivant: La comptabilité : composants


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site