/*

La comptabilité : résultat

Vous êtes ici : Accueil » Fonction comptable » La comptabilité : résultat
La comptabilité : résultat

ARTICLE

Résultat courant:

La compréhension et l’analyse de la performance de l’entreprise nécessitent presque toujours l’exclusion d’un certain nombre de transactions qui, par leur na­ture non récurrente ou leur montant significatif, per­turbent la lecture du compte de résultat.

Plus-values de cessions, dépréciations d’actifs, pro­visions pour restructuration sont autant d’éléments pouvant justifier une communication spécifique. Ces « éléments particuliers » (l’expression anglaise d’ori­gine special ITEM n’a pas trouvé vraiment de bonne traduction) sont difficiles à identifier et à comptabili­ser a priori dans des comptes spécifiques.

Il n’y a donc pas vraiment de concept de résultat comptable excluant ces éléments et l’usage a plutôt consacré une pratique de communication extra-comptable sur une notion de résultat courant, c’est-à-dire résultat hors éléments particuliers.

L’avantage de cette pratique est la souplesse : ana­lyse a posteriori, utilisation possible pour tout type d’indicateurs (résultat opérationnel, résultat net…).

L’inconvénient est la subjectivité et le risque d’une généralisation abusive dans les « special items » des transactions néfastes à la communication financière ou dont personne ne se sent redevable.

Les autorités de contrôle des marchés n’ont pas manqué de limiter au maximum le développement d’une communication financière trop exclusivement centrée sur des « résultats courants » ad hoc.

Résultat exceptionnel:

Le concept de résultat exceptionnel est peut-être l’espèce en voie de disparition du monde comptable, tant il est vrai qu’il est presque impossible de définir des transactions ayant un caractère exceptionnel par nature.

Si l’objectif est de permettre au lecteur des comp­tes de mesurer la performance normale et reproduc­tible de l’entreprise en éliminant les éléments trop atypiques, il faut presque toujours faire appel au jugement.

La publication extra-comptable des éléments, dit non récurrents ou particuliers du résultat comme cer­taines plus-values de cession, dépréciations d’actifs ou autres provisions pour risques signi­ficatifs, répond alors mieux à l’objectif qu’une ru­brique ad hoc du compte de résultat construit sur la base de règles trop standard.  La situation du résultat exceptionnel, en regard des normes, est loin d’être stabilisée et il y a là un enjeu important de la future normalisation du compte de résultat.

Résultat financier:

L’acception la plus connue du résultat financier se réfère aux produits et charges relatives aux actifs et passifs financiers au bilan : immobilisations financiè­res telles que titres et prêts, trésorerie, dettes financiè­res, mais aussi tous les instruments financiers dérivés liés à cet élément et qui sont désormais valori­sés au bilan en valeur de marché.

Comme les autres agrégats du compte de résultat en normes internationales, il manque de normalisation dans sa présentation et son analyse n’est pas toujours aisée, en particulier pour faire la distinction entre les éléments du résultat financier représentatif du coût du financement proprement dit (frais financiers sur det­tes, produits financiers de la trésorerie, valeur de mar­ché de tous les instruments financiers dérivés utilisés pour améliorer le coût du financement) et les autres produits et charges financières (revenu des titres de participation, produits financiers sur prêts, ainsi que les dépréciations et la valeur de marché des instru­ments dérivés liées à ces actifs financiers). Le lecteur des comptes trouvera normalement, en annexe, les informations nécessaires à cette analyse.

Résultat global:

Le conception de résultat global (le comprehensive income) est un nouvel intrus dans le monde de la comptabilité. Il est considéré par certains praticiens reconnus comme un des agrégats fondamentaux de la perfor­mance mais est, en pratique, encore peu utilisé.

Le résultat global est défini par toutes les variations de capitaux propres, donc du patrimoine de l’actionnaire, autres que celles relatives à des échanges financiers qu’il peut avoir avec son entreprise, tels que les augmentations de capital et les dividendes versés.C’est donc bien, conceptuellement, la variation de richesse de l’actionnaire, mesurée comptablement.

En pratique, dans les méthodes actuelles, ce résultat global se compose du résultat net qui mesure la performance acquise à l’actionnaire, et d’un certain nombre d’autres rubriques qui permettent de faire va­rier la valeur comptable d’actifs et de passifs, mais qui ne sont pas considérées comme constitutives du résul­tat parce que temporaires ou latentes. On y trouve ainsi, par exemple, les écarts de conversion des comp­tes des filiales en monnaie étrangère, la variation de valeur des instruments financiers qui servent à couvrir le risque de change de transactions futures et la variation de valeur de certains titres de participa­tions immobilisés évalués en valeur de marché.

Ces changements de valeur sont en général réinté­grés en résultat net quand ils se réalisent définitive­ment à l’occasion d’événements tels que la cession des filiales concernées. Le côté un peu hétéroclite des constituants du résul­tat global autres que le résultat net traditionnel, les ont fait qualifier par certains Anglo-Saxons de dirty surplus, expression qu’il faut renoncer à traduire. Pour certains, il n’a donc pas de signification.Pour d’autres, le résultat global, étant moins restrictif que le résultat net, doit être mis en avant dans les comptes au détriment de ce dernier dans un compte de résultat « global».

Devant l’âpreté de la querelle induite par cette question, les normes internationales autorisent actuel­lement les deux approches, l’une retenant un compte de résultat unique, l’autre deux tableaux séparés.

Résultat net:

Le résultat net est la dernière ligne du compte de ré­sultat, la fameuse bottom line des Anglo- Saxons, celle après laquelle il n’y a plus rien à déduire et qui, de ce fait, indique ce qu’on peut rendre à l’ac­tionnaire, ce qui lui revient de la performance de son entreprise. Net veut donc dire net de toutes charges, frais fi­nanciers et impôts sur le résultat, donc après que tous les agents ayant concouru à la création de richesses ont été rémunérés. Mais, pouvoir restituer à l’actionnaire son résultat net signifie aussi que les incertitudes ont été correcte­ment prises en compte et qu’il s’agit d’un résultat ac­quis, réalisé. Le résultat net est donc un résultat net de toute incertitude majeure.

Conceptuellement, le résultat net, parce qu’il repré­sente l’enrichissement de l’actionnaire, devrait pou­voir se mesurer par la variation des capitaux propres de la période autre que celle liée à des flux de trésorerie entre l’entreprise et ses actionnaires (mou­vement de capital et dividende). Or, l’examen du ta­bleau de variation des capitaux propres présenté avec le bilan montre qu’il existe d’autres éléments qui in­terviennent et sont nécessaires à la valorisation des actifs et passifs du bilan, comme les écarts de conversion et autres mouvements de patrimoine imputés directement en situation nette. Cela a fait dire à certains que le résultat net n’était peut-être pas si net que cela et qu’il faudrait évoluer vers un nouveau concept de résultat global déterminé directement à partir de la variation des capitaux propres. Le débat théorique est ainsi ouvert mais, aujour­d’hui encore, le résultat net reste l’indicateur de me­sure de la performance universellement utilisé par les parties prenantes, et l’hypothèse de sa supression ne va pas sans provoquer un débat animé.

Résultat opérationnel:

Il y a presque autant de définitions du résultat opé­rationnel qu’il y a d’entreprises. Suivant le niveau de décentralisation du contrôle de gestion et des modalités de responsabilisation de pos­tes opérationnels de chaque entreprise, le sous-total du compte de résultat qualifié d’opérationnel pourra ou non inclure certains éléments non directement liés à l’exploitation ou certains éléments à caractère excep­tionnel : amortissements exceptionnels de goodwill, plus-values, restructurations, change, etc.

Devant l’absence de comparabilité d’un agrégat aussi utilisé en communication financière, les autorités de contrôle des marchés ont émis des recommanda­tions pour éviter que le résultat opérationnel ne se situe trop loin du résultat net et qu’il n’exclue des éléments négatifs trop importants, sans toutefois le définir précisément.

En l’absence de normalisation, on peut a minima s’accorder sur ce qui doit être exclu du résultat opéra- tionel par principe : le coût du financement du capital employé, c’est-à-dire en pratique les intérêts fi­nanciers sur la dette financière nette. L’avantage de cette définition est de fournir le numérateur du ratio de rentabilité du capital employé.

VIDEOS

Vidéo : La comptabilité : résultat

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La comptabilité : résultat 

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=pVFSrtNY18s]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié